Du temps que je vivais ... D' Armand

Publié le par poet24

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv4402383.jpg



L'auteur


Armand Lomenech est né le 12 mai 1953 à Port-Louis dans le Morbihan.  Il apprit la guitare à l’âge de quatorze ans en s'exercat entre autres avec les chansons de Brassens. Compagnon de route de Glenmor dans les années 70, Armand est néanmoins resté, selon ses propres termes : " un solitaire de la chanson qui aime la compagnie ". D’une voix chaude et puissante, il a mené son public pendant près de trente ans, de soirées- cabarets en salles de spectacles, avec humour et poésie. Il est décédé en 1999.

Résumé

Ce recueil reprend les textes de ses chansons ainsi que d'autres textes divers qu'il a écrit et quelques lettres qu'il a adressé à sa soeur entre autres.

Mon avis

Mon père étant un fan de musique bretonne j'ai eu tout loisir d'écouter Armand chanter, pas en vrai malheureusement bien qu'il se soit produit dans ma ville. Ses chansons montrent un profond amour de la bretagne et de la mer, comme le montre d'ailleurs une de ses chansons les plues connues dont vous pouvez retrouver le texte : Je chanterais à la mer.

Les textes annexes montrent un humour à tout épreuve : Armand ne se prenait pas au sérieux et savait prendre les choses à la dérision.

extrait de la préface écrite par Patrick Clémence :

"S’il était plus connu en tant qu’interprète, il était avant tout un poète et un grand humoriste et ses textes prennent, avec l’écrit, une toute autre dimension. Nous nous étions mis d’accord, juste avant son décès, sur l’édition de petits pamphlets dont je connaissais l’existence. C’est avec grand plaisir, mais avec beaucoup d’émotion, que nous vous les livrons. Nous avons ajouté quelques lettres échangées avec sa soeur Kathy dans lesquelles vous pourrez, si cela est encore nécessaire, apprécier tout son humour.

Quand lors de ses spectacles, au moment des rappels, je lui soufflais : "Chante une des tiennes", il me répondait goguenard : "Qui c’est çà Etienne ?". Où qu’il soit, je suis sûr qu’il doit être heureux et fier que l’on publie ses écrits. Dommage que cet hommage soit à titre posthume !"

Publié dans terroir

Commenter cet article