L'arbre de l'été de Guy Gavriel Kay

Publié le par poet24

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv46924994.jpg

 

 

L'auteur

Guy Gavriel Kay est un écrivain canadien, spécialisé dans l'heroic fantasy.

Il a participé à la rédaction du Silmarillion de Tolkien (avec le fils de ce dernier). Il a ensuite publié des romans sous son propre nom.

Guy Gavriel Kay est né le 7 novembre 1954 à Weyburn, en Saskatchewan et a grandi à Winnipeg. En 1974, alors qu'il est étudiant en philosophie à l'Université du Manitoba, il est engagé par Christopher Tolkien pour l'assister dans son travail sur le Silmarillion puis il retourne au Canada en 1976 où il poursuit des études de droit à l'université de Toronto où il réside toujours.

Il a ensuite été scénariste de la série The Scales of Justice (1982-1989), produite par la chaine Radio-Canada. C'est à la même époque qu'il publie ses premiers romans, la trilogie fantastique la Tapisserie de Fionavar, (avec l'Arbre de l'Eté, le Feu vagabond et la voie obscure). Cette série, de facture très classique, reçoit un très bon accueil. Le tome 2 (Le feu vagabond) reçoit le prix Casper (renommé prix Aurora depuis 1990) du roman anglais en 1987.

Il développe par la suite un univers plus personnel, souvent qualifié de fantastique historique. Ses romans ont maintenant en commun de se situer dans un monde imaginaire, mais s'inspirant très fortement de l'Histoire. La magie et le surnaturel sont très peu présents, voire absents, contrairement au fantastique classique.

Tigane, La chanson d'Arbonne s'inspirent respectivement de l'Italie et de la France. Guy Gavriel Kay reçoit à nouveau le prix Aurora en 1991 pour Tigane.

Les Lions d'Al-Rassan se situe en Espagne, plus précisément de la fin de la période du califat de Cordoue, et s'inspire notamment de la vie de Rodrigo Diaz de Bivar dit le Cid.

Vient ensuite la série La mosaïque de Sarance, qui s'inspire très fortement de l'histoire de l'empire byzantin sous le règne de Justinien et Théodora (qui dura de 527 à 565).

En 2005, il publie Le Dernier Rayon du soleil, qui se situe maintenant dans le monde viking et anglo-saxon.

 

Le résumé 

 

Ils sont cinq, femmes et hommes, tous Torontois ; ils sont jeunes, étudiants ou professionnels, tous rationnels. Or, les voici projetés dans Fionavar, le Grand Univers dont le nôtre n'est qu'une ombre bien pâle !
Malgré la protection offerte par Mantel d'Argent le magicien, ils sont aussitôt pris dans les premières escarmouches de la guerre qui oppose les forces des Lumières à celles des Ténèbres. Car Rakoth Maugrim, le dieu renégat, a trouvé moyen de se libérer de sa prison millénaire.
Le Grand Royaume du Brennin, où ont abouti nos cinq jeunes héros, est la première cible de Maugrim. Une proie facile, puisque le vieux roi n'a pas renoué les liens tissés par ses ancêtres avec les puissances bénéfiques de l'Arbre de l'Été. Une proie facile, à moins que le roi ne s'offre en sacrifice à ce dernier, ou qu'une autre personne ne le remplace...

 

Mon avis 

 

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire le monde dans lequel sont projetés nos cinq torontois est asse étrange et ne se révèle que progressivement. On retrouve dans ce livre la trame classe du roman de fantasy avec différentes espèces comme les hommes, les lios alfars qui ne sont pas sans rappeller les elfes, les nains... Ensembles ces diverses espèces et bien d'autres devront lutter pour protéger le monde de Fionavar d'une terrible menace.

 

Ce roman fait penser au Seigneur des anneaux de par sa trame, mais Guy Gavriel Kay a su créer un univers bien à part , dans laquelle on finit par plonger ...

 

 

Ce livre fait partie de mon

 

http://leslecturesdupetitpanda.files.wordpress.com/2011/01/bannic3a8re_ggk.jpg?w=490&h=326

 

 

Publié dans fantasy

Commenter cet article