La chambre maudite de Mireille Calmel

Publié le par poet24

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv14196018.jpg

 

L'auteur

 

C'est à l'âge de neuf ans, à l'hôpital, que Mireille Calmel commence à écrire. Les médecins la déclarent perdue, mais elle est persuadée qu'elle ne mourra pas tant qu'elle écrira. Et elle guérit, lentement. Depuis, l'écriture n'est plus jamais sortie de sa vie, malgré sa passion pour le théâtre, ses tournées de chanteuse dans les bals populaires, les difficultés à joindre les deux bouts. En 1995, l'histoire du Lit d'Aliénor lui vient à l'esprit. Cinq ans plus tard, Mireille Calmel envoie son manuscrit par la poste aux éditions XO... et depuis le miracle se renouvelle chaque jour : sept grands éditeurs européens conquis, 1 million d'exemplaires vendus en Europe, des chiffres à la hauteur de l'extraordinaire réussite de ce roman. 

Le résumé

 

Décembre 1500. Au pied des remparts du château de Montguerlhe, sous la lune glacée, gît une jeune fille aux longs cheveux souillés. Elle est ensanglantée, inconsciente. Parce qu’elle était trop belle et qu’elle s’est refusée à son maître, le seigneur François de Chazeron, il a fait pendre son mari à la sortie de leurs noces, il l’a violée, battue, marquée au fer rouge. Mais il a eu tort de la faire jeter aux loups. Car elle n’est pas une jouvencelle comme les autres. Les femmes de sa famille ont d’étranges pouvoirs. Certaines, comme Isabeau, parlent aux loups. D’autres, comme sa sœur Albérie, se transforment les soirs de pleine lune… Et dorénavant, ces deux femmes, ainsi que la petite Loraline qui naîtra de ce viol immonde, ne vivront plus que pour une chose : la vengeance !
Autour de François de Chazeron se trame un complot mortel. Quand il est atteint d’un mal inconnu, sa femme n’en paraît pas très affligée… mais elle a peur de lui et fait donc appel à un médecin. Celui-ci accepte de s’installer au chevet du malade pour tenter de comprendre. Une nuit, dans un demi-sommeil, il lui semble voir une longue silhouette se pencher sur le lit où gémit le seigneur. La Mort peut-elle avoir un si joli visage ? En tout cas, le médecin tombe amoureux et fera tout pour retrouver cette jeune fille, qu’elle soit réelle ou fantôme.
Isabeau, Albérie, Loraline, ces femmes endurcies par les épreuves seront tiraillées entre leur désir de vivre pleinement et la soif de vengeance qui ne les quitte pas. Leur destin nous entraîne des souterrains d’une forteresse auvergnate aux salles de bal du Louvre, de la cour des Miracles à celle de François Ier, des prophéties d’un enfant qui deviendra Nostradamus à la recherche de l’élixir de vie et de la pierre philosophale…

 

Mon avis

 

 

Une histoire qui m'a dans l'ensemble  moins plus que le chant des sorcières. On ne reste pas assez sur les personnages pour vraiment s'y attacher, on les survole sans entrer en profondeur. Pourtant l'histoire en elle-même est sympathique avec ses mystères, la cour des miracles, Nostradamus.

 Je poursuivrais quand même avec la suite.

Publié dans romance

Commenter cet article