La ligne verte de Stephen King

Publié le par poet24

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv65781160.jpg

 

L'auteur

 

Stephen Edwin King, plus connu sous le nom de Stephen King, est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis).

Il a écrit plus de deux cents textes, dont plus de cinquante romans d'horreur ou fantastiques, qui ont été vendus à plus de 350 millions d'exemplaires1 de par le monde. Il reçoit en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine2 et, en 2007, l'association des auteurs de romans policiers américains Mystery Writers of America lui décerne le titre de « grand master ».

King possède une grande connaissance de la littérature d'horreur, comme on peut le voir dans son essai Anatomie de l'horreur qui retrace plusieurs décennies d'un intérêt prononcé pour l'épouvante à travers la littérature, le cinéma, la télévision et la radio. Il a aussi écrit des ouvrages appartenant à d'autres genres comme les recueils de nouvelles Différentes Saisons, ou Cœurs perdus en Atlantide, et les romans La Ligne verte, Les Yeux du dragon, et son magnum opus, la série La Tour sombre. Dans le passé, Stephen King a écrit sous les noms de Richard Bachman et John Swithen (une seule fois sous ce dernier pseudonyme pour la nouvelle le Cinquième Quart publiée par la suite dans Rêves et Cauchemars).


 

Le résumé

 

Paul Edgecombe, ancien gardien-chef d'un pénitencier dans les années 30, entreprend d'écrire ses mémoires. Il revient sur l'affaire John Caffey - ce grand Noir au regard absent, comdamné à mort pour le viol et le meurtre de deux fillettes - qui défraya la chronique en 1932.
La ligne verte est le reflet d'un univers étouffant et brutal, où la défiance est la règle. Personne ne sort indemne de ce bâtiment coupé du monde, où cohabitent une étrange souris apprivoisé par un Cajun pyromane, le sadique Percy Wetmore avec sa matraque et Caffey, prisonnier sans problème. Assez rapidement convaincu de l'innocence de cet homme doté de pouvoirs surnaturels, Paul fera tout pour le sauver de la chaise électrique.

 

Mon avis

 

J'avais u une première fois ce livre à l'époque de la sortie du film avec Tom Hanks ( une des bonnes adaptations des romans de Stephen King). Ce ivre est toujours aussi poignant. La vision réaliste, je pense, que nous offre King du couloir de la mort  nous prend aux tripes parce sa simpicité. King ne cherche pas spéciaement à faire peur ici contrairement à nombre de ses romans mais i se dégage du livre une atmosphère oppressante dans l'attente de la mort, tout comme doivent le ressentir les condamnés à mort.

Des personnages présentés sans fioritudes, des scènes émouvantes et avant tout humaines.

 

Un King à lire pour qui ne connait pas ....

 

 

Publié dans horreur

Commenter cet article

ANTONI 06/01/2012 12:12

Bonjour Poet24, meilleurs voeux pour cette nouvelle année. J'ai fini ce livre avant les fêtes et j'ai adoré, évidemment. Je suis d'accord avec toi quand tu dis que le lecteur ressent l'angoisse du
prisonnier dans le couloir de la mort, un peu comme si Stephen King avait fait une immersion dans l'univers carcéral. Prodigieux.
Je me suis permis d'ajouter un lien vers ton article dans le mien. Aussi, je t'invite, si tu le désires, à découvrir cela sur mon blog et à me dire, le cas échéant, ce que tu en penses à ton
tour.
Bon week-end et à bientôt, j'espère.
Cordialement,

poet24 06/01/2012 18:43



merci et bonne année à toi!!!