La maison assassinée de Pierre Magnan

Publié le par poet24

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv31663447.jpg

L'auteur

Pierre Magnan est un écrivain français né le 19 septembre 1922 à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). Il est indéfectiblement attaché à la Provence, source de toute son œuvre.

Le résumé

Fin du XIXe siècle. Un mas­sacre à l'arme blanche, en pleine nuit, cinq vic­times égor­gées. Un sur­vi­vant, âgé de trois se­maines, épar­gné pour on ne sait quelle obs­cure rai­son. Un vil­lage de mon­tagne isolé, un homme étrange qu'il ne fait pas bon fré­quen­ter, une opi­nion pu­blique ter­ro­ri­sée, trois étran­gers in­no­cents jugés cou­pables et guillo­ti­nés.

Vingt-​cinq ans plus tard, le calme s'étend à nou­veau sur le vil­lage de Lurs. Du moins, jusqu'au re­tour de Sé­ra­phin Monge, le sur­vi­vant du mas­sacre, et res­ca­pé de la pre­mière guerre mon­diale. Dont il s'est tiré sans une égra­ti­gnure. Sé­ra­phin, force de la na­ture, pla­cide et puis­sant, à qui rien ni per­sonne ne semble ré­sis­ter, Sé­ra­phin a un point faible : il n'a pas de mère. C'est lors­qu'il ap­prend d'un vieil ha­bi­tant du vil­lage la fin hor­rible que celle-​ci a connu que tout bas­cule pour le pai­sible Sé­ra­phin. Hanté par le fan­tôme de cette femme égor­gée, il en­tre­prend de dé­truire la mai­son dans la­quelle il est né. Va de dé­cou­verte en dé­cou­verte, de ren­contre en ren­contre, de ré­vé­la­tion en ré­vé­la­tion. Croit dé­cou­vrir les vé­ri­tables meur­triers de sa fa­mille, se four­voie, ne re­nonce pas, re­prend ses re­cherches sous les in­jonc­tions des rêves que lui pro­cure la mort de sa mère. Sé­ra­phin se ré­vèle in­sen­sible à tout ce qui est étran­ger à son but, à sa­voir ven­ger le (ou les) meur­trier(s) de sa mère : l'amour des femmes, l'opi­nion de la po­pu­la­tion, l'ami­tié que lui té­moigne une « gueule cas­sée » ré­chap­pée comme lui de l'enfer des tran­chées... Rien ne semble l'at­teindre. Sa poi­gnée de main molle et sans vie se fait le signe le plus évident de l'in­dif­fé­rence qu'il éprouve en­vers ses sem­blables. Sé­ra­phin n'as­pire qu'à dé­cou­vrir la vé­ri­té, se ven­ger et trou­ver enfin la paix, pour pou­voir enfin « être comme tout le monde ».

Mon avis

Sur fond d'enquête, de vengeance c'est un roman très particulier qui se déroule sous nos yeux. Alors qu'on pense connaître l'issue, on se laisse dérouter puis ramener dans le droit chemin.
Séraphin est un anti-héros das le sens où il est difficile de s'attacher à un personnage qui ne semble pas vivant on a presque l'impressio d'être face à un robot. Mais un robot qui souffre à la découverte du drame qui a changé sa vie. La destruction de la maison semble pour lui un moyen d'effacer ce qui s'est passé, d'effacer les traces du drame.
On ne peut s'empecher d'être ému par cet homme si blessé  que rien ne semble pouvoir toucher ...

J'avais découvert cet auteur par ce titre dans la bibliothèque de mon grand père il y a de ça plusieurs années et il m'avait laissé une forte impression qui n'a pas été démentie par cette relecture. !!

Il existe une adaptation cinématographique de ce livre portant le même titre où le rôle de Séraphin Monge est joué par Patrick Bruel. Il est moins fort que le livre, Séraphin y paraissant bien moins fermé sur le monde, mais il se laisse très facilement regarder.

Commenter cet article

L'Ogresse 20/03/2010 09:01


Oui, 'Le mystere de Seraphin Monge' est la suite de 'La maison assassinee'.


poet24 20/03/2010 10:48


je vais essayer de le trouver alors parce que la fin du livre est un peu troublante je trouve


L'Ogresse 19/03/2010 21:44


Merci de me rappeler de bons souvenirs avec ce livre. Pierre Magnan est un auteur que j'apprecie tout particulierement. Comme toi, j'ai aime 'La maison assassinee' et je conseille aussi chaudement
'Le sang des Atrides' et 'Le mystere de Seraphin Monge'.


poet24 20/03/2010 07:42


le sang des atrides j'ai du le lire l'autre je ne connais pas c'est la suite de la maison assassinée???


Véro 19/03/2010 20:52


Je suis quasi sûre d'avoir vu le film mais je ne me souviens pas de la fin ...


Frankie 19/03/2010 12:17


J'avais beaucoup aimé le film avec Bruel. Je ne connaissais pas le livre.


poet24 19/03/2010 12:42


Ben le livre est encore mieux il ont rendu le personnage de séraphin monge bien plus "humain" dans le film dans le sens où il communique vraiment avec les autres. Dans le livre il est vraiment
différent, l'histoire aussi il ont du atténuer le livre pour le rendre présentable en visuel ...
si tu as l'occasion de le lire n'hésites pas !!