Mercredi 3 mars 3 03 /03 /Mars 08:00
http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv66935608.gif





L'auteur

Fils du consul de France à Alexandrie, Jacques de Lacretelle passa une grande part de son enfance à l’étranger, au gré des postes diplomatiques occupés par son père. A la mort prématurée de celui-ci, l’éducation de Jacques de Lacretelle fut confiée à son grand-père. Pierre-Henri de Lacretelle, poète, ancien député et ami de Lamartine. Il poursuivit ses études à Jeanson-de-Sailly, où il fut l’élève d’André Bellessort.
Avant qu’éclatât la Première Guerre mondiale, il avait fait un séjour à Cambridge. Envoyé sur le front de l’Argonne, il fut contraint, pour raison de santé, de regagner l’arrière. Il se consacra dès lors à la littérature.
Après La Vie inquiète de Jean Hermelin (1920), son second roman, Silbermann, couronné par le prix Femina en 1922, allait connaître un immense succès. Il y touchait à certains tabous psychologiques et sociaux.
Jacques de Lacretelle fut élu à l’Académie française le 12 novembre 1936 au fauteuil d’Henri de Régnier. Âgé de quarante-huit ans au moment de son élection à l’Académie, Jacques de Lacretelle devait en devenir le doyen à la fois d’âge et d’élection, puisqu’il y siégea fort assidûment pendant quarante-huit ans. De haute taille, très soigné dans sa mise jusqu’en ses derniers jours, et avec des manières parfaites, il était l’exemple du gentilhomme de lettres et, d’une certaine manière, il donnait le ton à la Compagnie.
Mort le 2 janvier 1985.

Le résumé

" Je suis content, bien content, que nous nous soyons rencontrés... je ne pensais pas que nous pourrions être camarades. - Et pourquoi ? " demandai-je avec une sincère surprise... Sa main qui continuait d'étreindre la mienne, comme s'il eût voulu s'attacher à moi, trembla un peu. Ce ton et ce frémissement me bouleversèrent. J'entrevis chez cet être si différent des autres une détresse intime, persistante, inguérissable, analogue à celle d'un orphelin ou d'un infirme. Je balbutiai avec un sourire, affectant de n'avoir pas compris : " Mais c'est absurde... pour quelle raison supposais-tu... - Parce que je suis juif ", interrompit-il nettement et avec un accent si particulier que je ne pus distinguer si l'aveu lui coûtait ou s'il en était fier."

Mon avis

Un roman fort sur le thème de l'antisémitisme.

Un jeune garçon va devenir ami avec un juif de son école qui se trouve bientôt la proie de tous les humiliations à l'école pour l'unique raison qu'il est juif. Ce jeune garçon Silbermann ne dispose d'aucun autre soutien rejeté aussi bien par les élèves que par les professeurs chez qui son érudition notamment énerve plus qu'autre chose. Sa capacité à citer les auteurs, à imiter leur style sera considéré comme la preuve même du caractère "voleur" des juifs et ainsi quoiqu'il fasse tout se retournera contre lui. Néanmoins le jeune garçon qui nous narre cette histoire brave l'opinion de tous pour rester ami avec lui, ce jeune juif, qui lui apprend à penser, à voir plus loin. Mais le scandale éclatera avec une accusation publique portée contre le père de Silbermann ...

J'ai beauoup aimé ce texte. Ca appelle à la réflexion et à la tolérance.

Par poet24 - Publié dans : littérature française - Communauté : partageons nos lectures
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Baby challenge 2012

Code:

A la conquête des médailles !

14/20



8/20



14/20

Médaille de chocolat à 8/20
Médaille de bronze à 12/20
Médaille d'argent à 16/20
Médaille d'or à 20/20
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés